Un an au Canada (partie 1) : les débuts.

Hello tout le monde,

Je n’ai pas arrêté de penser à vous ces derniers jours, surtout après la vague de retours et d’amour que j’ai reçu après ce post-ci.

Une fois encore, merci. Merci de me lire, de partager et de me donner vos avis. C’est gratifiant.

Il y a un an, j’ai emménagé au Canada et mes amis n’ont pas cessé de me poser des questions sur ma nouvelle vie alors voici quelques éléments de réponses.

Pour ceux qui nous rejoignent en cours de route, voici une intro juste ici.


Première fois que je vois la neige


C’était la première fois que je quittais l’Afrique donc tout ce que je savais de l’hiver, je l’avais appris à la télé ou dans les livres : les enfants qui jouent dans la neige, les bonhommes de neige, les batailles de boules de neige… cette vision fun et idyllique de l’hiver.

La réalité est vraiment différente.

J’imaginais que ce serait froid, mais pas aussi froid. Lorsque je suis sortie de l’aéroport, j’avais l’impression de rentrer dans un congélateur. Je venais de quitter 29•C pour -14•C.

Je n’ai vu aucun parent laisser son enfant jouer dans la neige jusqu’à présent.

C’était dingue, tout était blanc, recouvert de neige. Les températures sont allées jusqu’à -25•C l’hiver dernier mais malgré cela, la vie continuait. Les magasins tournaient, les gens allaient au boulot, les élèves allaient à l’école, moi y compris.

J’ai compris que le froid, c’est un style de vie comme un autre.

J’ai dû rapidement me familiariser avec les horaires de bus (avec l’application Transit), les déplacements (Google maps) et la météo.

Le décalage horaire (-6h avec Cotonou) a perturbé mes sommeils les premiers jours. Je me couchais à 18h et me réveillais vers 00h mais c’est passé après quelques jours.


L’accueil reçu de la part des gens


Les canadiens sont très chaleureux. Je n’ai, particulièrement, jamais été victime de racisme depuis que je vis ici.

J’ai un de mes amis les plus chers qui vit ici et le retrouver m’a vraiment réconforté. En général j’ai reçu un très bon accueil de la part de toutes les personnes que j’ai rencontré : personnes d’ici comme immigrés.

Un jour, je n’oublierai jamais, un des agents du métro m’a donné un ticket gratuit parce que j’avais une urgence et pas de carte de transport.

Tout le monde est vraiment sympa.

Cependant, la communication, au début, nécessitait assez d’attention parce que le français québécois a un accent atypique et il faut un petit moment pour que les oreilles s’y habituent. Après, ça devient naturel. Je serais vraiment incapable d’imiter l’accent, même si je le voulais, mais je le comprends bien à présent. Les québécois ont un certain sens de l’humour que j’apprend à apprécier au fil du temps.

Les insultes sont particulières ici (et assez drôle) : le fameux « tabarnak » (= putain, merde, omg… ) et ses dérivés tels que « tabernosh », « calisse » (je ne sais pas vraiment à quoi ça correspond 😂)…


Premiers pas dans la cité


Montréal.

Le Canada est un pays fédéral avec une dizaines de provinces et des territoires. Une province est comme un état dans l’état et agit de manière autonome. Le Canada est un pays bilingue mais dans la majorité des provinces, on parle Français ou Anglais.

Moi je vis à Montréal, dans la province du Québec, qui est une province francophone.

Il y a la ville de Montréal et l’île de Montréal. Donc la ville de Mtl est sur l’île de Mtl. Il y a d’autres villes sur l’île mais c’est facile de se déplacer sur toute l’île avec le métro et les bus.

Île de Montréal. Source image : (Wikipedia, 2019)

Les quartiers de Montréal que je connais, pour y avoir déjà mis les pieds, sont le Plateau-Mont-Royal (vers chez moi), le Downtown (centre-ville), le Vieux-Montréal, Rosemont, Outremont, Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grace, Lachine, Montréal-nord, West Island…

Palais des Congrès de Montréal, Downtown
Downtown Montréal au début de l’automne
Centre Eaton Montréal
Basilique Notre-dame en face de la Place d’Armes
Promenade du Port de Montréal
Ruelle passante du CCIM
La Ronde, parc d’attraction

Premiers pas à l’école


La pré-rentrée (accueil des nouveaux étudiants) était quelques jours après mon arrivée.

Lorsque je suis allée dans mon école pour la première fois, j’étais avec ma cousine et nous nous étions trompé de chemin à la sortie du métro (merci à Google maps dont les indications ne tiennent parfois pas compte de la réalité).

Ainsi, on a fait un détour d’environ 1h dans le froid. J’étais vraiment fatiguée et énervée. Puis nous avons trouvé l’école et là… émerveillement.

Émerveillement, c’est le premier sentiment que j’ai ressenti lorsque je suis arrivée dans mon école. C’était beau, lumineux et spacieux. Je me suis dit « oui, j’ai vraiment envie d’étudier dans cet environnement, ça pourrait être fun ».

Et depuis ce temps, j’y ai passé le plus de temps possible. J’y étais pratiquement tous les jours de Janvier à Juillet, week-end compris.


Premiers pas dans la vie d’adulte


J’ai ouvert un compte bancaire en début d’année chez Desjardins.

J’ai payé ma première contravention (alors que je n’ai même pas de voiture) en tant que piétonne. # je traversais à un endroit où je n’aurais pas dû et les policiers m’ont choppée tranquillement. Depuis, je respecte le code de la route à la lettre.

J’ai cherché un emploi au début de l’été et j’ai commencé à travailler avec des horaires à respecter, parfois très tôt le matin, parfois tard le soir. J’ai dû acquérir des connaissances très vite, améliorer mon anglais et mes aptitudes dans le service à la clientèle.

J’ai commencé à gérer toute seule de l’argent en tenant compte des charges fixes (loyer, déplacement, téléphone) à payer chaque mois.

Je voyage seule à présent, mais avec Prudence. Je fais des aller-retour entre villes (Ottawa, Gatineau, bientôt Québec City et Toronto) en Covoiturage et en bus.

Ottawa, Ontario

Je dois m’occuper à temps plein de moi (quoi manger, quoi porter, quoi faire ou ne pas faire) alors qu’avant les parents décidaient. Liberté et responsabilités.

Bientôt je vais faire une déclaration d’impôts à l’état et payer mes impôts pour la première fois.

Tout ça, c’est vraiment nouveau pour moi et je m’adapte au jour le jour.

Ce n’est pas facile tous les jours mais je suis fière de moi. Mes parents m’ont préparée pour ça, sans que je ne sache tous les enjeux auxquels je ferais face, et je m’en sors comme une grande.

J’espère que ce billet vous aura apporté un peu de lumière et qu’à travers mes futurs articles, vous apprécierez Montréal autant que je l’apprécie maintenant.

Bisous bisous

À très bientôt

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s